Goscinny

Scénario

Né à Paris le 14 août 1926, élevé en Argentine, René Goscinny effectue son service militaire en France peu après la guerre, puis part tenter sa chance à New York où il multiplie les petits boulots éditoriaux et artistiques.

Il y rencontre le dynamique trio Harvey Kurtzman, Bill Elder et Jack Davis (futurs fondateurs de MAD), mais surtout quelques Belges de passage : Jijé, Morris et Georges Troisfontaines. Patron de la World Press de Bruxelles, ce dernier lui propose du travail s'il revient en Europe. Goscinny le prend au mot et débarque un beau jour dans ses bureaux avec une première BD entièrement de sa main, une aventure du détective "Dick Dicks", qui paraîtra dans divers quotidiens belges.

Engagé comme homme à tout faire par la World pour son bureau de Paris, Goscinny s'y lie d'amitié avec Albert Uderzo et commence à écrire les scénarios de "Lucky Luke" pour Morris. Sa carrière de dessinateur tourne court après sa seconde production, "Le Capitaine Bibobu", publié dans RISQUE-TOUT en 1955.

De l'avis général, il est plus fait pour l'écriture que pour le dessin, tout comme le directeur littéraire de l'agence, Jean-Michel Charlier, qui a rangé pinceaux et plumes au profit de la machine à écrire dès le début des années 50.

Pendant ces cinq années d'apprentissage, Goscinny se révèle un employé polyvalent, réceptionnant les travaux des collaborateurs et participant à l'essai avorté de la publication d'un hebdomadaire de télévision aux États-Unis (TV FAMILY), écrivant chroniques humoristiques et rubriques de savoir-vivre dans LES BONNES SOIRÉES, imaginant des nouvelles réalistes pour LE MOUSTIQUE d'après un stock d'illustrations américaines achetées à bas prix, multipliant les scénarios de BD.

Uderzo illustre ses aventures humoristiques de "Jehan Pistolet" et "Luc Junior" pour LA LIBRE BELGIQUE. Martial lui demande des gags pour sa "Sylvie" publiée par LES BONNES SOIRÉES et il incite Sempé à effectuer un essai de BD dans LE MOUSTIQUE avec son premier personnage récurrent de cartoons, "Le Petit Nicolas". Chez Dupuis, il écrit quelques scénarios de "Lucky Luke" réalisés presque anonymement, quelques récits de l'"Oncle Paul" et un court épisode de "Jerry Spring " pour Jijé ("L'Or du vieux Lender").

En contrat d'exclusivité avec l'agence, il juge sa situation précaire et, avec Charlier et Uderzo, il propose aux auteurs belges d'adopter une "Charte" professionnelle destinée à limiter les pouvoirs des éditeurs et de leurs agents. Sitôt le projet lancé, les trois "révolutionnaires" se retrouvent sur le pavé parisien.

Ils fondent alors, avec un quatrième larron, Jean Hébrard, la société Édipresse, qui animera quelques magazines promotionnels (PISTOLIN pour le chocolat Pupier et CLAIRON pour la société FABRIQUE-UNION).

Son indépendance ainsi retrouvée, Goscinny multiplie à partir de 1956 les scénarios pour divers dessinateurs de TINTIN : Jacques Angenot ("Mottie, la marmotte"), Dino Attanasio ("Signor Spaghetti"), Bob de Moor ("Le professeur Tric"), Maurice Maréchal ("Prudence Petitpas"), Tibet ("Globul le Martien"), André Franquin ("Modeste et Pompon"), Raymond Macherot ("Le père La Houle"), Berck ("Strapontin") et Uderzo ("Oumpapah-Pah").

Avec l'appui de Radio Luxembourg et de quelques financiers, le quatuor d'Édipresse lance le 29 octobre 1959 le journal PILOTE, qui, longtemps, sera autant l'hebdomadaire de Goscinny que celui d'"Astérix et Obélix", héros gaulois créés avec son ami Uderzo et qui deviendront un succès planétaire. Georges Dargaud reprend un an plus tard le titre, mais conserve son équipe gagnante d'animateurs, Goscinny pour le domaine humoristique et Charlier pour les grandes séries réalistes.

L'activité scénaristique de Goscinny se concentre sur les dessinateurs qu'il souhaite réunir autour de lui dans PILOTE : Godard ("Tromblon et Bottaclou"), Martial ("Les Divagations de Monsieur Sais-Tout"), Cabu ("La Potachologie"), Sempé ("Le Petit Nicolas", sous forme de nouvelles illustrées, cette fois), Marcel Gotlib ("Les Dingodossiers"), Tabary ("L'abominable Iznogoud", initialement lancé dans le mensuel RECORD), Morris ("Lucky Luke").

Infatigable chercheur, il découvre et accepte nombre de nouveaux talents qui bousculent les règles traditionnelles de la BD classique. Lorsque la publication se mensualisera pour résister à la crise, il se tournera de plus en plus vers son oeuvre personnelle, décédant le 5 novembre 1977 dans le plus triste gag qu'il aurait pu imaginer, au cours d'un test d'effort cardiaque sous contrôle médical.

L'oeuvre de Goscinny ne se limite pas à la BD : il a écrit en parallèle de savoureuses nouvelles et chroniques, des scénarios de films et de courtes émissions humoristiques télévisées, que le triomphe d'Astérix a malheureusement quelque peu occultés. La limpidité de son style et son humour pétri de fine observation le situent entre Giovanni Guareschi et Pierre Daninos.

Dernier album paru :

Lucky Luke, Tome 22

  • Votre panier :
    Panier vide.