CHRIST © Chloe Vollmer-Lo

A propos

James Christ naît le 23 janvier 1980 à Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle). Il n'a toutefois pas le temps de s'y attacher puisque ses parents déménagent très vite à l'autre bout de la France, dans le Var, une région que James ne quittera plus. Enfant, James se familiarise avec la lecture et la narration dessinée avec Spirou, Astérix, Gaston, Dragon ball, Spiderman ou encore Batman... Il n'oriente toutefois pas ses études vers une filière artistique, passant un BEP comptabilité qui - soyons honnête - ne l' intéresse pas beaucoup. Sa soupape : le handball, qui devient un temps son métier puisque James y est formateur avant de devenir second de rayon dans un supermarché, puis électromécanicien. Malgré un parcours professionnel aux étapes variées, le dessin, sa grande passion, qu'il apprend en autodidacte, est toujours tapie pas loin...

C'est Internet qui hâte la carrière de dessinateur de James Christ, en lui permettant de diffuser son travail et d'être repéré par des éditeurs indépendants. Il publie ainsi ses deux premiers albums : "Freddy Marteau" avec Jérémy Bouquin (Jrmy) au scénario chez YIL éditions et "Synchronicity, archive 1: le protocole Wayne" avec Fred Mannicot au scénario et Sally à la couleur chez Du Café sur La Planche. Il participe également à divers collectifs. Il est un jour contacté, via les réseaux sociaux, par Carbone ("La boîte à musique") qui lui propose de faire un essai sur le scénario des "Zindics anonymes". L'essai est concluant et James en profite pour réaliser son rêve de gamin : se consacrer à plein temps à la bande dessinée. Le premier tome des "Zindics anonymes" sort en 2019. Le suivant en janvier 2020. Le rêve de James continue...

Influencé par tout un tas d'auteurs, James Christ revendique une affection pour Humberto Ramos, avec lequel il partage un goût du dessin semi-réaliste ultra tonique. Servi par le scénario de la savoureuse Carbone, cet autodidacte passionné fait profiter "Les Zindics anonymes" de son sens du mouvement et de sa palette feelgood. Et puisque vous vous posiez la question, non : James Christ n'est pas un pseudonyme !