Collin © J.-J. Procureur

À propos

Renaud Collin est né le 14 septembre 1973 en Belgique.

Sa vocation artistique est précoce, puisque dès ses premières années d'écolier, le petit Renaud publie un fanzine avec des personnages de son invention. Imprimé grâce à la vénérable technologie Stencil – également appelée « machine à alcool » – ce premier titre se vendra dans les cours de récré à de nombreux exemplaires (3, pour être précis). Quelques années plus tard, c'est sur des rouleaux de papier pour cornet à frites que Renaud s'entraînera au dessin.

Après des études orientées BD à l'ERG (École de Recherches Graphiques, à Bruxelles), Renaud Collin intègre en tant qu'illustrateur et créateur de GIF l'équipe de Cromozone, studio créatif spécialisé dans l'embellissement de l'Internet naissant. Renaud y apprend le graphisme informatique, compétence qu'il utilise ensuite pour animer des personnages en Flash pour de grandes structures telles que Belgacom, Skynet ou encore KidCity. Les pinceaux, peintures, marqueurs et autres machins qui salissent les doigts disparaissent progressivement de sa table à dessin.

Et la bande dessinée, dans tout ça ? Renaud Collin ne l'oublie pas, même si son emploi du temps bien rempli l'empêche de s'y consacrer comme il le souhaiterait. Sa rencontre avec le scénariste Vincent Zabus vient heureusement accélérer les choses… Ensemble, les deux auteurs posent les bases d'une merveilleuse série jeunesse, véritable ode à l'imagination : Le Monde selon François. Repérée par Thierry Tinlot, alors rédacteur en chef du journal Spirou, la série fait son entrée dans l'hebdo au calot en 2003. Les Éditions Dupuis publient ensuite trois albums de François (2007-2009) puis une intégrale proposant les crayonnés d'un quatrième et dernier tome (2014). En 2010, Renaud Collin signe les couleurs des dernières planches de Mamy Blues, ultime album de la série Jojo, rendant ainsi hommage à André Geerts – un auteur qu'il adore – décédé la même année.

Souhaitant se mettre en retrait de la bande dessinée, Renaud Collin se consacre, après Le Monde selon François, à la publicité et à l'illustration freelance pendant deux ans. Les Éditions Dupuis ont heureusement la bonne idée de lui proposer de travailler sur la série Les Minions, gags inspirés de l'univers de Moi, moche et méchant. Scénarisés par Didier Ah-Koon puis Stéphane Lapuss', Les Minions, prépubliés dans le journal Spirou à partir de 2014 et publiés en albums l'année suivante, remportent depuis un important succès public.

En 2016, Renaud Collin participe, pour Dupuis, à l'ouvrage collectif Les Tuniques Bleues – Des histoires courtes par…, avec une histoire intitulée La Cicatrice, dont il signe dessin et scénario. En 2017, sur le même concept d'album, il participe au projet consacré au Marsupilami. En 2017 toujours, il rejoint le projet La Galerie des gaffes, one shot où 60 auteurs rendent hommage à Gaston Lagaffe pour ses 60 ans. Toujours pour Dupuis, Renaud Collin réalise également histoires complètes et illustrations pour le magazine d'actualité en bande dessinée Groom.

Renaud Collin, toujours avide d'expériences graphiques et narratives nouvelles, travaille actuellement à un one shot consacré à Spirou et Fantasio, retrouvant son vieux complice Vincent Zabus. Il réalise également une série uchronique sur un scénario de Nykko.