Marcel Denis DR

A propos

Marcel Denis est né le 23 février 1923 à Monceau-sur-Sambre, dans la périphérie de Charleroi, en Belgique. Fasciné par la bande dessinée, il noircit très tôt ses cahiers d'écolier de petites histoires découpées sous forme de cases, en écho à ses lectures de l'époque, "Pierrot", "L'épatant", "Cri-cri", etc.

Après ses études secondaires, il s'inscrit dans une école privée de sa commune pour y suivre des cours de dessin et de peinture, avant de faire ses débuts professionnels au début de la guerre dans "Le petit vingtième", la célèbre revue qui publie « Tintin ». À la Libération, sa signature apparaît dans la grande presse belge - "Le Soir illustré", "Le moustique", "La Libre Belgique illustrée", etc. - où il multiplie les cartoons humoristiques. Dans "L'excelsior", le supplément du journal "La défense sociale", il publie ses premières bandes dessinées, "Les aventures du Professeur Perkins" et "Jim et Bill Butterson Détectives", dont un album reprendra même une sélection de planches en 1947, dans un style très fortement inspiré par Hergé.

Le 21 octobre 1952, il est engagé par les éditions Dupuis en qualité de lettreur et intègre un studio où il fait notamment la connaissance de Willy Lambil, Marcel Remacle, Yvan Delporte et Maurice Rosy. Après cinq années de travail de bureau, il a l'occasion de rejoindre Jidéhem dans l'atelier que vient de monter Franquin, alors débordé de travail. À ses côtés, il affine son trait et parvient à acquérir un certain dynamisme qui lui faisait jusque-là défaut. Pour Franquin, il illustre notamment des albums de coloriages ou des publicités mettant en scène Spirou et Fantasio. Il scénarise également deux récits complets pour ces deux personnages, destinés à l'éphémère revue "Spirou de poche" : Les patins téléguidés et Le Marsupilami passe l'éponge. En 1959, on le retrouve aussi derrière le pseudonyme collectif de Ley Kip, le temps d'une mythique aventure du Boumptéryx, réalisée avec Franquin, Roba et Jidéhem. C'est durant cette période qu'il fait ses débuts d'auteur dans le Journal de Spirou, avec la série "Les frères Clips" ou le scénario de la première mouture de "La Ribambelle" pour Jo-El Azara.

En 1960, il se voit proposer par Rosy la succession de Will sur "Tif et Tondu". Durant deux ans, il signe une centaine de planches de la série, mais son style burlesque, trop éloigné de celui de son prédécesseur, ne parvient à séduire ni l'éditeur ni le public, et il finit par jeter l'éponge. Jusqu'en 1969, il poursuivra sa carrière pour l'hebdomadaire des éditions Dupuis, mais ses créations ne parviendront jamais à dépasser le stade de la publication de presse, hormis une brève collaboration avec Remacle sur "Le Vieux Nick" ou sur "Hultrasson, le Viking".

Au début des années 1970, à la suite de graves ennuis de santé, il décide de quitter la bande dessinée pour bénéficier d’un statut de salarié, moins incertain. À la suite d'une faillite de l'imprimeur pour lequel il travaille, il se remet à la peinture en amateur et fréquente l'académie des beaux-arts de Charleroi. Jusqu'à sa disparition le 18 mars 2002 à l'âge de 79 ans, il ne reviendra jamais à la bande dessinée, mais laisse néanmoins chez ceux qui l'ont connu le souvenir d'un joyeux luron, toujours prompt à amuser son entourage.