Van Hamme © Benoit Feron

À propos

Né à Bruxelles le 16 janvier 1939, Jean Van Hamme est ingénieur commercial, licencié en sciences financières, en journalisme et en droit administratif, mais aussi agrégé d'économie politique.

Après une brillante carrière internationale, il abandonne en 1976 son poste de Fondé de pouvoir général auprès de Philips-Belgique afin de vivre de sa plume.

Tout en composant les six romans des aventures de Largo Winch pour les Éditions du Mercure de France (et, plus tard, quelques autres romans chez Robert Laffont), il se lance dans le scénario de BD pour le journal Tintin. Déjà, Van Hamme fait feu de tous les types d'imaginaire, avec des gags de Modeste et Pompon pour Dino Attanasio mais aussi une aventure mythologique (Epoxy) et des épisodes de Corentin pour Paul Cuvelier. Mais Van Hamme écrit également à cette époque Michaël Logan pour André Beautemps, Domino pour André Chéret, Mr Magellan pour Géri et Arlequin pour Dany, avec lequel il publie en 1977 le mythique Histoire sans héros (Éditions du Lombard), où les rescapés d'un crash aérien perdus dans la jungle voient leur courage et leur humanité poussés dans leurs retranchements les plus sombres.

Parallèlement, Van Hamme écrit des scénarios de films et de téléfilms, dont celui du célèbre Diva réalisé par Jean-Jacques Beineix.

Van Hamme démarre dès 1977 l'incontournable saga Thorgal (Le Lombard) pour Grzegorz Rosiński. Mélange de fantastique et de mythologie, portée par des personnages à la psychologie impeccablement travaillée, la série poursuit depuis une carrière éditoriale exceptionnelle, même si Van Hamme a depuis confié les scénarios de Thorgal à Yann et ceux de séries parallèles à des plumes aussi prestigieuses que celles d'Yves Sente ou encore Mathieu Mariolle.

En 1984, Van Hamme débute avec William Vance une autre série appelée à entrer au panthéon de la bande dessinée : XIII (Dargaud), ou les aventures contemporaines d'un mystérieux tatoué amnésique plongé en plein complot d'État. Référence absolue du thriller dessiné, XIII – comme Thorgal – devient un best-seller total. La série se poursuit encore de nos jours, sous les talents conjugués de Yves Sente et Iouri Jigounov. Elle a été adaptée en jeu vidéo et en série pour la télévision. Elle connaît également une série de one shots complémentaires : la collection XIII Mystery réunissant différents auteurs sous la direction de Van Hamme.

En 1987, Jean Van Hamme occupe durant un an le poste de directeur des Éditions Dupuis, où il lancera la série best-seller Largo Winch avec Philippe Francq, après avoir conçu ce qui deviendra la collection « Aire Libre ». Largo Winch le milliardaire anticonformiste, tout comme Thorgal et XIII, devient un véritable phénomène éditorial, ce qui lui vaudra d'être adapté dans des longs-métrages avec Tomer Sisley dans le rôle-titre. Le troisième Largo Winch version cinéma est actuellement en cours de production. Largo Winch est pour le moment scénarisé par le romancier Éric Giacometti (Antoine Marcas), qui a repris le flambeau à partir du tome 21, L'Étoile du matin. En 2018, Huginn & Muninn ont publié Tout Largo Winch – L'Encyclopédie illustrée. En 2019, les Éditions Dupuis ont proposé Introduction à la finance, ou la finance expliquée par Largo Winch (avec le concours du Professeur Olivier Bossard).

Pas rassasié d'histoires à raconter, Van Hamme, après les débuts de Largo Winch, poursuit son parcours en retrouvant Rosiński pour le roman graphique Le Grand Pouvoir du Chninkel (Casterman). Il réalise ensuite la trilogie S.O.S. Bonheur (« Aire Libre » – 1988-1989), sur un dessin de Griffo. Ce remarquable exercice d'anticipation, qui ausculte les dérives possibles de notre démocratie capitaliste, se révèle progressivement visionnaire, rejoignant 1984 dans sa pertinence. La série connaîtra un nouveau cycle, toujours avec Griffo mais cette fois écrit par Stephen Desberg. À partir de 1992, Van Hamme signe la saga brassicole Les Maîtres de l'orge sur un dessin de Francis Vallès (Glénat). La série, toujours sur scénario de Van Hamme, sera ensuite adaptée pour France 2.

En 1996, Van Hamme crée à nouveau l'événement en « réanimant » les vénérables Blake et Mortimer dans l'album L'affaire Francis Blake (Dargaud), sur un dessin signé Ted Benoit. Van Hamme retrouve Blake et Mortimer et Ted Benoit en 2001 pour L'Étrange Rendez-vous, avant d'animer le diptyque La Malédiction des trente deniers, d'abord avec Chantal De Spiegeleer et le regretté René Sterne, puis avec Antoine Aubin. Au début des années 2000, on retrouve encore Van Hamme sur « Aire Libre » avec Lune de guerre dessiné par Hermann, tandis que Western, mis en images par Rosiński, paraît dans la collection « Signé » du Lombard.

Van Hamme publie également Wayne Shelton (Dargaud) animé avec Christian Denayer. En 2004, il revient pour une nouvelle grande série d'aventures chez Dupuis avec Lady S., mettant en scène une étonnante et séduisante espionne au passé trouble. Philippe Aymond, qui en assure le dessin, animera la série en solo à partir du tome 10. Lady S. est également publiée en édition intégrale. Rani arrive pour sa part aux Éditions du Lombard en 2009. L'occasion pour Van Hamme, associé à Alcante, de développer une saga pleine de séduction et d'aventure sur fond de XVIIIe siècle. Rani, dessinée par Vallès, était l'adaptation en BD de la série éponyme que Van Hamme avait écrite pour France 2.

En 2018, Van Hamme suscite à nouveau la surprise en signant, toujours au Lombard, l'album Kivu (dessin de Christophe Simon), partagé entre critique de l'exploitation meurtrière des minerais précieux au Congo et rencontre avec le docteur Mukwege, prix Nobel de la paix pour son action auprès des femmes victimes de viol.

En 2021, Jean Van Hamme publie aux Éditions Dupuis une nouvelle série exceptionnelle : la trilogie La Fortune des Winczlav, préquelle des aventures de Largo Winch, dont le fascinant passé familial restait totalement méconnu. Afin de mettre en images cette série qui s'annonce déjà comme essentielle, Van Hamme s'est associé à Philippe Berthet, qui signe dès le premier tome une impeccable reconstitution historique, habitée par son indépassable sens de l'esthétique.