Alessandra

A propos

Joël Alessandra est né à Marseille en 1967. Diplômé de l'école Boulle en Architecture d'intérieur, il doit d'abord s'acquitter de ses obligations militaires avant de démarrer sa vie professionnelle. Mais plutôt que de piétiner dans une caserne de province rangers aux pieds, Joël choisit de s'envoler vers Djibouti pour un service militaire plus long mais plus gratifiant. Il y occupera les fonctions de directeur artistique au Centre culturel français, de 1989 à 1991. Une expérience qui va donner à Alessandra le goût de de l'ailleurs, qui ne le quittera plus. Car déjà le jeune homme sent bien que l'aquarelle d'extérieur l'attire maintenant plus que l'architecture d'intérieur...

Alessandra, après son service, ne retourne donc pas à Paris, posant finalement valises et crayons à Rome. Il y parle en dessins de son voyage en Afrique pour le célèbre magazine Il Grifo. Ses pages côtoient ainsi celles de Manara, Pratt, Giardino, Pazienza... La passion de la BD est là, et ne partira plus !

Alessandra publie ensuite Fikrie (2006) à La Boîte à Bulles, un album directement inspiré de son expérience à Djibouti. S'ensuivent Dikhil (2007), contant la croisée des chemins d'un peintre devant choisir entre paternité et goût du voyage, puis Fierté de Fer (2008), album de voyage s'intéressant au mythique train Djibouto-Ethiopien, sur lequel avaient voyagé Kessel, Pratt ou Rimbaud. Poursuivant ses voyages autour de la planète, Alessandra continue à s'en inspirer pour Retour du Tchad (2010) et Ennedi, la beauté du monde (2012). Ces deux albums, publiées par La Boîte à Bulles, emmènent le lecteur sur les traces d'André Gide aux confins des fleuves Chari et Logone et dans le Sahara au Nord Est du pays. Tous deux sont nominés au Grand Prix Michelin du Festival International du Carnet de Voyage de Clermont-Ferrand.

On doit également à Joël Alessandra une adaptation en 3 tomes du roman d'Amin Maalouf, Le Périple de Baldassare, qui nous emmène cette fois dans des territoires du Proche et du Moyen-Orient (Casterman 2001-2013). Il publie ensuite, chez le même éditeur, Errance en mer Rouge (2014), une BD/carnet de voyage aux frontières de la Somalie sur les traces du mythique Henry de Monfreid. L'album, encensé par la critique, reçoit le prix du meilleur album au festival de Nîmes. Casterman publie ensuite Petit-Fils d'Algérie (2015), où Alessandra nous fait parcourir l'Algérie de ses parents et grands-parents, au gré de fantastiques rencontres humaines. Suivront différents albums autour de grands personnages, tels que Rodin et Gustave Eiffel (chez 21g) ou encore Louise Brooks chez Casterman. Joël publie également un splendide livre de voyage sur l'Est africain : Abyssinie aux Éditions Paulsen en 2017.

Joël Alessandra publie en 2020 La Force des Femmes (Des Ronds dans l'O), un livre engagé mettant à l'honneur des femmes d'Afrique et du Maghreb. Il réalise également, dans la prestigieuse collection Aire Libre, Les voyages d'Ibn Battûta, album suivant l'incroyable périple du célèbre voyageur musulman.

Influencé par Loustal, Ferrandez ou encore Benjamin Flao, Joël Alessandra est un infatigable baroudeur graphique et physique. Alternant carnets de voyages et albums de fiction nourris de contrées lointaines, il explore tout autant le monde que la nature profonde de l'âme humaine. Ses aquarelles vibrantes, profondes et chaudes comme le café qu'il utilise fréquemment pour dessiner, le hissent parmi les plus grands aquarellistes de la bande dessinée d'aujourd'hui.