Bertail ©Chloé_Vollmer_Lo

A propos

Dominique Bertail est né en 1972 à Tours. Marqué tout à la fois par « Lucky Luke », « Blueberry » et « Akira », il étudie l'art contemporain aux Beaux-Arts de Rennes, travaille la sculpture et la peinture à la Gray's School of Art d'Aberdeen (Écosse) avant d'intégrer l'atelier Bande dessinée aux Beaux-Arts d'Angoulême. L'étudiant y rencontre l'enseignant et auteur Thierry Smolderen, avec qui il lance (en 1999) le premier site français de création et d'Histoire de la Bande dessinée : Coconino-world.com.
Le duo signe parallèlement « L'Enfer des Pelgram », aux Éditions Delcourt, entre 1998 et 2000. Bertail y développe un style réaliste saisissant, porté par des couleurs audacieuses. Il publie ensuite, en 2004 et 2006, « Shandy, un anglais dans l'Empire », diptyque napoléonien écrit par Matz, scénariste de la série « Le tueur ».
Retrouvant Smolderen, Bertail démarre en 2008 chez Dargaud « Ghost money », redoutable polar d'anticipation géopolitique. Son dessin précis et esthétique fait l'unanimité, donnant élégance au design de l'environnement futuriste de la série, crédit aux guerres de barbouzes qui l'émaillent et émotion à la dramatique histoire d'amour vécue par son héroïne Chamza. « Ghost money » s'achève en 2016 avec son tome 5, « Le Black Cloud », conclusion parfaite pour une œuvre célébrée tant pour son intelligence graphique que scénaristique.
Entre deux Ghost money, Bertail rejoint en 2014 les Éditions Dupuis avec Omaha Beach, 6 juin 1944 (Avec Morvan et Tréfouël), inaugurant la collection Aire libre / Magnum photos, où se racontent en dessin les clichés mythiques de la célèbre agence. Bertail réalise ensuite le premier tome de la série pulp SF « Infinity 8 », rejoignant une super team composée de Trondheim, Vatine, Zep, Vehlmann, Boulet ou encore Guibert… L'album Romances et macchabées sort en 2017 chez Rue de Sèvres, complété par une série de comics.
Bertail retrouve Zep chez le même éditeur, en 2019, avec le one shot Paris 2119, très troublant récit d'amour et d'anticipation sur fond de dérive technologique et de mensonge d'état. À l'aise sur tous les tempos, Bertail signe ensuite chez Fluide glacial les deux tomes du réjouissant Mondo Reverso, western scénarisé par Arnaud Le Gouëfflec où les as de la gâchette sont des femmes et les potiches de saloon des barbus à frou-frou. Bertail fait également une apparition en 2019 dans L'atelier Mastodonte, collectif de stars de la BD faisant les riches heures du Journal Spirou.
En complément de ses activités dans la bande dessinée, Dominique Bertail utilise sa large gamme de talents dans l'illustration (Fluide Glacial, Bayard Presse) mais aussi dans le storyboard, par exemple pour la série Freefonix de Jérôme France et Pierre-Alain Chartier. Bertail est également demandé par le cinéma, puisqu'on le retrouve au storyboard du film Qui a tué Pamela Rose (2003), avec le réalisateur Eric Lartigau.
En 2020, Dominique Bertail retrouve la collection Aire libre et Jean-David Morvan pour une biographie au long cours de la résistante Madeleine Riffaud, réalisée en collaboration avec cette dernière. Le premier tome de cette trilogie-événement - « Madeleine, résistante » -sortira d'abord sous la forme de 3 cahiers souples à tirage limité. L'occasion de découvrir, porté par un dessin splendide de précision, le destin hors-normes d'une résistante ayant assisté à la libération de Paris.
Mêlant ambitions esthétiques et graphiques dans un dessin faisant l'unanimité par sa subtile pertinence, Dominique Bertail est le dessinateur de la série « Ghost money », remarquable polar d'anticipation géopolitique scénarisé par Thierry Smolderen. Une réussite qui ne doit pas faire oublier le reste du travail de Bertail, comme Omaha Beach, 6 juin 1944 mais aussi son nouveau projet, « Madeleine, résistante », biographie de Madeleine Riffaud, femme et combattante hors-normes. Deux projets scénarisés par Jean-David Morvan et publiés dans la prestigieuse collection Aire libre des Éditions Dupuis.