Blutch © Chloe Voller-Lo

A propos

Né à Strasbourg en 1967, Christian Hincker – qui a pris le surnom de « Blutch » en hommage aux Tuniques bleues – est diplômé de l'École des Arts Décoratifs de sa ville natale. Il publie ses premières bandes dessinées dans le magazine Fluide glacial à partir de 1988, planches qui seront regroupées dans les albums Waldo's Bar, Mademoiselle Sunnymoon ainsi que Blotch, pour lequel Blutch reçoit l'Alph-Art Humour du festival d'Angoulême en 2000. La revue Lapin accueille pour sa part les récits qui composeront Sunnymoon, tu es malade (L'Association, 1994). Les Éditions Cornélius publient quant à elles Lettre américaine (1995) puis la série des cinq fascicules de Mitchum (1996-1999). Pour la revue (À suivre), Blutch s'émancipe du registre humoristique en adaptant le Satyricon de Pétrone. Il poursuit dans une veine « antique » avec le très remarqué Péplum, publié en 1997 par Cornélius. L'année suivante, Blutch signe Le Petit Christian (L'Association), dans lequel il met en scène les souvenirs de son enfance en Alsace dans les années 1970. Il poursuit ce volet autobiographique dans un second tome qui paraît dix ans plus tard, en 2008.

En 2002, Blutch intègre la prestigieuse collection Aire libre, chez Dupuis, avec Vitesse moderne, qui remporte le Prix Töpffer international décerné par la ville de Genève. Il publie ensuite des albums toujours différents, à chaque fois surprenants, comme Total Jazz (Seuil), C'était le bonheur, La Volupté et La Beauté (Futuropolis) mais aussi Pour en finir avec le cinéma, Lune l'envers, Vue sur le lac ou encore Variations (Dargaud).

Mais l'univers de Blutch, partagé entre inventivité graphique, tonicité de la narration, passion pour l'étrange et exploration de la culture, se dévoile encore sous une facette différente avec Mais où est Kiki ?, un Tif et Tondu écrit par son frère Robber et publié chez Dupuis en 2020. Cet album inattendu emballe critiques comme grand public et connaît les honneurs d'une publication dans un beau-livre noir et blanc ainsi que dans l'écrin collector des Cahiers Tif et Tondu.

En 2020 toujours, Blutch, accompagné de Catel et Bastien Vivès, publie chez Dupuis Pendant ce temps à Fécamp (Aire libre), chronique en dessins du confinement commun des trois auteurs dans la ville normande.

Parallèlement à ses travaux en bande dessinée, Blutch a illustré plusieurs ouvrages pour enfants, explorant de nombreuses techniques au service d'univers graphiques très différents, comme les pastels gras des Contes d'Amérique d'Henri Gougaud. On a également pu croiser Blutch en tant qu'illustrateur pour le cinéma (il a réalisé trois affiches pour Alain Resnais) et la musique (on lui doit les affiches du festival de jazz Banlieues bleues).

En 2019, Blutch le Strasbourgeois a été triplement mis à l'honneur par sa ville, où son œuvre a fait l'objet de plusieurs expositions dans les grands musées de la cité rhénane : Musée Tomi Ungerer, Musée d'Art moderne et contemporain et Médiathèque centrale. Les Éditions Dargaud publient pour l'occasion le beau-livre Un Autre Paysage.

Blutch a reçu le Grand Prix de la ville d'Angoulême en 2009.