Joan © DR

A propos

Joann Sfar Né à Nice en 1971, Joann Sfar est l'un des plus illustres représentants de cette génération qui révolutionne la bande dessinée à partir des années 90. Une génération au sein de laquelle on trouve – excusez du peu – des auteurs tels que Lewis Trondheim, David B., Marjane Satrapi ou Christophe Blain, issus de l'Association et/ou du célèbre Atelier des Vosges.

Sfar aurait pu se contenter d'apporter une ou deux jolies pierres à cet édifice de renouveau du neuvième art. Il préfère en charrier de pleines brouettes, livrant des albums et séries aussi indispensables que Donjon – tentaculaire saga fantasy orchestré avec Trondheim – Pascin, Klezmer, Chagall en Russie, Sardine de l'espace (avec Guibert) et bien sûr Petit Vampire, épatante saga jeunesse déclinée en dessin animé. Sfar est également l'auteur du célébrissime et inclassable Chat du Rabbin (Dargaud), vendu à plus d'un million d'exemplaires et adapté en film animé. Un long métrage qui lui vaut un César, distinction rejoignant celle qu'il avait déjà reçue pour son film Gainsbourg (vie héroïque), tourné lui en prises de vue réelles. Car oui, Sfar s'adonne à la réalisation, comme le prouvent les récents La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil et le long-métrage Petit Vampire.

Plus récemment, Joann nous a offert toute une série de réjouissantes surprises telle Aspirine (Rue de Sèvres) ou encore un hommage au Lieutenant Blueberry avec Amertume apache, sur un dessin de Christophe Blain (2019, Dargaud).

Sfar, en plus de ses activités de réalisateur et d'auteur, est aussi un romancier à succès, comme le prouvent les accueils favorables de Comment tu parles de ton père, le Niçois ?, Vous connaissez peut-être ainsi que Modèle vivant. Des univers complémentaires de ce qu'il développe en BD comme au cinéma, puisque l'univers du « Niçois » sera décliné dans un spin-off. Sfar publie également avec régularité dessins et chroniques dans la presse nationale. Autant de facettes de son art dont il parle volontiers dans ses Carnets autobiographiques.

En plus de toutes les belles et trépidantes aventures qu'il raconte, Joan Sfar en vit également une avec les Éditions Dupuis qu'il rejointes dès 1997 avec La Fille du professeur, sur un dessin d'Emmanuel Guibert. Ce one shot pétillant et victorien obtient à Angoulême, en 1998, l'Alph'Art Coup de cœur ainsi que le Prix René Goscinny. Toujours sur un dessin de Guibert, Sfar signe ensuite, à partir de 2001, la série Les Olives noires (collection « Repérages »), sur les pas d'un enfant juif en Judée à l'époque du Christ.

Sfar revient en 2021 chez Dupuis avec Mathieu Sapin pour Le Ministère secret, un incroyable mélange de genres où l'on retrouve d'anciens présidents de la République contraints de devenir des super-héros au service de la France ! Grande saga pleine d'humour et de géopolitique, Le Ministère secret est prépublié dans le journal Spirou. L'écrin parfait pour cet auteur toujours inattendu, éternel amoureux d'histoires et de dessin.