+1
FR NL EN

Votre panier
Total0,00€
Hors frais de livraison
Commander
L'envoi des commandes reprend partiellement.
Un temps de livraison supplémentaire est toutefois à prévoir.
Pour toute question, contactez l'équipe du 9ème Store par mail : info@9e-store.fr
Suivez toutes les actualités des Éditions Dupuis
Info
le 17/03/2020

C'est avec émotion et tristesse  que nous avons appris le décès dans la sérénité de René Follet le 13 mars dernier.

Né à Bruxelles, le 10 avril 1931, René Follet n'a guère plus de 14 ans lorsqu'il réalise ses premières images : une série de chromos illustrant le roman de R. Stevenson, "L'Ile au Trésor", pour une grande marque de chocolat ! Il dessine en outre pour la revue des Scouts de France, "Plein Jeu".

A 18 ans, il collabore au Journal Spirou : il y illustre des contes et récits, ainsi que diverses rubriques. En 1950, toujours pour Spirou, il réalise ses premières bandes dessinées en mettant en images quelques "Belles Histoires de l'Oncle Paul". C'est la même année qu'il entame une collaboration avec les Éditions du Lombard et le Journal Tintin. Il y poursuit d'abord l'illustration commencée par P. Cuvelier, d'un feuilleton-western, puis y met en images quelques récits authentiques en quatre planches. En 1956, tout en produisant de multiples illustrations pour divers éditeurs de livres et de revues, tout en continuant aussi de collaborer à Spirou et Tintin, il crée "Peggy", petit oiseau sans ailes, une BD pour "La Semaine de Suzette". En 1967, sur des scénarios de M. Tillieux, il dessine "S.O.S. Bagarreur" pour Spirou. En 1970, avec le scénariste Y. Delporte, il crée "Les Zingari" pour Le Journal de Mickey.

Mais, en 1974, c'est Tintin qui publie sa première série réaliste à suivre, "Yvan Zourine", scénarisée par J. Stoquart. Celui-ci adapte également pour lui "L'Iliade" d'Homère en BD (2 albums chez Glénat). A partir de 1978, René Follet anime les aventures de "Steve Severin" dans le magazine hollandais "Eppo" (3 albums chez Glénat). Dans les années 1980, pour Spirou, il reprend, avec J. Stoquart et A.P. Duchâteau au scénario, la mythique série "Jean Valhardi" créée par Jijé et Doisy. Il entame ensuite une collaboration avec les Éditions Lefrancq où il illustre les romans d'Henri Vernes "Bob Morane" et de J. Flanders (alias J. Ray) "Edmund Bell". Scénarisées par Lodewijk, les aventures d' "Edmund Bell" donneront lieu à une BD dont il dessinera 4 albums. En 1990, Loup Durand adapte son roman "Daddy" et lui confie la mise en images (2 albums).

Sa carrière volontairement discrète et surtout vouée à l'illustration de supports publicitaires, d'ouvrages documentaires et de romans, fera de René Follet le plus "célèbre méconnu" des grands maîtres du 9e Art. Épisodiquement, la passion de la BD le reprend cependant. Ainsi, lorsque A.P. Duchâteau lui demande d'illustrer la couverture de son livre "Les Masques de Cire" sur la fameuse Mme Tussaud (Ed. Casterman), l'histoire le fascine tellement qu'il presse son auteur de l'adapter en bandes dessinées. Il en résultera "Terreur", un diptyque d'une rare beauté qui honorera la collection "Signé" du Lombard.René Follet reviendra à ses amours de jeunesse en signant en 2013 le premier Aire Libre de sa carrière: "Stevenson, le pirate intérieur", la biographie de ce romancier original et anticonformiste, scénarisée par Rodolphe. A cette occasion, Aire Libre a demandé à René Follet de revenir sur les traces de son adolescence en illustrant à nouveau cette "Île au trésor" qui a fait rêver des générations de lecteurs depuis 1883.

Ces dernières années furent consacrées à la collaboration entamée avec Emmanuel Lepage et Sophie Michel sur "Les Voyages d'Ulysse" et "Les Voyages de Jules", parus en 2016 et 2019.

Son humilité l'empêche de faire étalage de son immense talent, lui qui est aussi à l'aise en manipulant la peinture à l'huile, le fusain, la plume, la sanguine, ou l'aquarelle. Souvent son travail reste dans l'ombre de dessinateurs plus connus, comme Mitacq ("La patrouille des Castors") ou William Vance ("Bruno Brazil"). Ses pairs admirent son sens de la mise en scène, l'expressivité de ses personnages, et sa maîtrise technique.Il a déposé ses crayons et ses pinceaux dans la plus grande discrétion. Réservé et modeste, il était pourtant l'un des grands de la bande dessinée.

 

Commentaires

  • De Montane le 11/04/2020
    Il y a déjà le dernier volet de l'intégrale Valhardi qui va sortir. Il faudrait publier toutes les histoires courtes parues dans "Spirou" toujours inédites à ce jour. Un peu dans le style de l'album consacré à Will.
  • De Georges le 17/03/2020
    Bonjour, j'espère que Spirou lui rendra l'hommage qu'il mérite, je pense que ses pairs et jeunes confrères seront heureux de lui témoigner leur admiration. Et qu'un jour Dupuis reéditera les GRECS de la collection TERRE ENTIÈRE. Cordialement
Il reste 500 caractères